Quelques conseils pour éviter les paiements frauduleux sur votre boutique en ligne.

Quelques conseils pour éviter les paiements frauduleux


La fraude sur internet est un problème majeur, d’autant plus que les petites boutiques en ligne manquent de moyens financiers et techniques pour lutter contre ce type de paiement.

Cependant vous n’avez pas besoin d’investir dans des systèmes de protection, il existe des moyens simples pour déceler les paiements frauduleux, sans investir d’argent, ou du moins très peu. Voici cinq conseils pour mieux déjouer les fraudes.

Quelques conseils pour éviter les paiements frauduleux

 

Les commandes inhabituelles devraient vous interpeler.

Faites de votre mieux pour refuser les commandes qui sortent de l’ordinaire. Mais comment les déceler ? Tout d’abord le montant des commandes peut être un bon facteur pour remarquer si la commande n’est pas « normale ». En effet, un achat avec un prix largement supérieur au panier moyen de votre e-boutique devrait vous mettre la puce à l’oreille.
Selon des spécialistes, la fraude moyenne sur internet serait d’environ 500 euros.

De la même manière, une commande avec une quantité anormalement élevée de produits peut être considérée comme suspecte, de même un nombre anormal de commandes en un court laps de temps doit vous alerter, car derrière tout cela peut se trouver un réseau de revente. Cela concerne notamment les produits high-tech, particulièrement appréciés des fraudeurs.

Enfin, l’heure à laquelle l’achat a eu lieu peut être prise en compte : les plages horaires varient selon les secteurs et doivent être rapportée au pays de résidence de l’acheteur.

L’utilisation d’un logiciel est conseillé.

 

Vérifier tous les facteurs d’une fraude peut prendre du temps, une solution alternative consiste à confier cette vérification à un tiers. Les logiciels ont bien sûr un coût, mais celui-ci doit être mis en rapport avec le montant des fraudes évitées.

Ces systèmes analysent plusieurs éléments liés à la commande (données bancaires, coordonnées de l’acheteur, nombre de produits, adresse IP…), ensuite, ils calculent un score (on les appelle souvent « logiciels de scoring ») qui détermine le niveau de fiabilité de l’opération. A partir de cet indice, vous pouvez décider d’accepter ou non la commande.

Évitez certains pays.

Faire du commerce avec certains pays comporte des risques, les paiements frauduleux venant de l’étranger représentent 60% des fraudes. Il y a tout de même certains pays qui concentrent une plus forte proportion de fraudeurs organisés que d’autres. C’est le cas des pays d’Europe de l’Est et de la Russie, ainsi que de l’Afrique de l’Ouest.

Mais comment localiser un acheteur qui a la possibilité de se faire livrer dans un autre pays que le sien ? Le moyen le plus simple est de vous baser sur son adresse IP.
L’utilisation d’un proxy (un serveur permettant de rendre anonyme la connexion) doit également vous rendre méfiant. Et si, un proxy s’ajoute à une adresse IP étrangère, cela peut être très douteux. Pour limiter les risques vous pouvez choisir la solution radicale de vous centrer seulement sur le marché français.

En revanche, certains pays sont plus sûrs que la France, comme l’Allemagne, les pays du Benelux et de Scandinavie. Les pays d’Asie seraient apparemment plus sûrs aussi, puisque la rétractation des acheteurs est quasiment impossible.

Utilisez des moyens de paiement alternatifs.

Le paiement par carte bancaire est celui le plus utilisé sur les sites e-commerce (85% selon la Fevad). Il existe cependant d’autres moyens qui vous donneront une meilleure garantie de paiement.

Le paiement par chèques ne comporte pas de gros risques sur internet, demandez tout de même une copie d’une pièce d’identité.

Le virement interbancaire a l’avantage de permettre à l’acheteur de ne pas se rétracter. Mais c’est aussi pour cette raison qu’il effraie de nombreux consommateurs, et qu’il est très peu utiliser chez les commerçants. Il est tout de même recommandé pour des sites ayant des volumes importants.

Une autre solution est d’utiliser des intermédiaires, CardsOff par exemple garantit au e-commerçant d’être payé. En effet l’internaute n’a pas à communiquer ses coordonnées bancaires au commerçant, mais à l’intermédiaire. Les paiements se font alors à la livraison.

Les sites du type 1euro.com permettent à vos clients de payer à crédit les achats faits dans les sites partenaires (il faut préalablement s’inscrire sur jeveuxjeclique.com). Le client a ainsi son propre compte, et n’a pas besoin de communiquer son numéro de carte bancaire, cela aide pour la confiance et le confort du client.
Voici quelques avantages pour le marchand :

– offrir aux clients la possibilité d’un crédit
– aucun risque d’impayé si la transaction est acceptée par 1euro.com (ils font leur affaire des recouvrements et impayés éventuels)
– aucun frais pour le marchand.

Pensez tout de même à trouver le bon équilibre entre vos risques et les craintes des consommateurs d’un autre côté, car « pas de clients, pas de fraude ».

Contactez les clients suspects.

Outre la rétractation, le deuxième type de fraude peut être le détournement de données bancaires. Pour vous assurez de l’identité et de l’adresse du client, vous pouvez demander l’envoi d’une quittance de loyer ou d’une copie de pièce d’identité. En effet, lorsque l’on demande cela en supplément, le masque tombe immédiatement.

En cas de fraude, le contact que vous avez avec la personne peut se transformer en poursuite. Car rechercher et attaquer les fraudeurs peut permettre d’éviter de futures tentatives : un fraudeur qui pense qu’il ne risque rien recommencera.

>> En cas de léger doute, appeler simplement votre client peut aussi être un facteur de sécurité pour vous.

 

Nos autres articles:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × 2 =