Pourquoi les sites e-tourisme sont longs à s’afficher ?

En ces temps où le trafic des téléphones mobiles ne cesse d’augmenter, les sites web aux multiples fonctionnalités comme les sites voyagistes (HTML/PHP) restent-ils opérationnels ?

Pourquoi les sites e-tourisme sont longs à surfer ?
Pourquoi les sites e-tourisme sont longs à surfer ?

Les fonctionnalités, moteurs de recherche, comparateurs, l’accumulation de bannières, de bandeaux animés, photos, vidéos en tous genres, flux RSS, mises en page hétéroclites…

Tout cela implique un concept très ergonomique en matière de pages et de fonctionnalités et un standard des plus récentes technologies.

L’intention est louable : séduire. Mais le Web est le royaume de la vitesse, du survol, du zapping. Alors pour rendre votre site e-tourisme plus « léger » et plus facile à visiter, voici une étude sur la performance des sites e-tourisme en Europe et quelques conseils à prendre…

Etude AT : En France les sites e-voyagistes sont longs à télécharger

Si les premières données d’un site de tourisme sont téléchargées rapidement en France, le contenu met bien plus de temps à s’y afficher que dans le reste de l’Europe.

Les sites de tourisme en ligne européens présentent globalement un très bon taux d’accessibilité d’après une étude réalisée par AT Internet du 26 avril au 9 mai 2010 auprès de 128 sites d’agences de voyages, d’hôtellerie et de transport.

Cependant, les sites sont légèrement plus accessibles au Royaume-Uni (taux de disponibilité de 99,61 %) qu’en Espagne (99,56 %), Allemagne (99,42 %) et France (99,33 %).

La performance des serveurs (délais de chargement des premiers octets) est pourtant presque aussi bonne en France qu’outre-Manche. Le temps moyen de réponse atteint respectivement 245 et 220 millisecondes, contre 430 pour l’Espagne et 438 pour l’Allemagne.

Mais la performance perçue par l’internaute, autrement dit le temps moyen de chargement complet des pages, est bien meilleur en Espagne (3 secondes) et en Allemagne (3,6 secondes), comparé à la France et au Royaume-Uni (4,5 secondes).

L’indisponibilité des sites de tourisme est dans la grande majorité des cas due au « time out », qui correspond à l’absence de réponse reçue pendant le délai défini pour la demande. C’est la cause de 82,2 % de l’indisponibilité des sites en Allemagne, 63 % au Royaume-Uni, 59 % en Espagne, et 58,9 % en France.

Quelles solutions ?

Il y a un mois à peine, Google a prévenu tout le monde dans un article de son blog, le fameux Googlewebmastercentral : la rapidité d’affichage des pages sera désormais prise en compte dans le référencement des pages.

Il n’est pas directement question de mobilité, mais de confort d’utilisation : plus un site est lent, moins le visiteur s’attarde. Par ailleurs, les questions de lisibilité, que l‘écran de consultation soit grand ou petit, deviennent primordiales. Voici quelques conseils :

Les sites e-tourisme actuels sont majoritairement codés à l’ancienne (HTML) et très peu s’affichent convenablement dans toutes les plates-formes.

Le défaut des sites codés en HTML est d’intégrer la mise en page (design) et le contenu dans chaque page de code HTML. Ce codage à l’ancienne, qui permet d’intégrer un design propre à chaque page de code source, rallonge considérablement le temps de chargement et d’affichage de chacune des pages HTML d’un site.

En contrepartie, les pages d’un site e-voyagiste codées en XHTML assurent un affichage bien plus rapide, mais surtout une compatibilité future avec les téléphones cellulaires, iPod, iPad, un affichage standart dans tous les navigateurs conçus selon les normes de l’industrie, un accès aux personnes atteintes d’un handicap, un référencement plus efficace dans les moteurs de recherche…
En savoir plus : Passez progressivement du HTML au XHTML

  • Intégrer moins d’images

Eviter de placer votre catalogue papier en ligne et éviter les images inutiles. Regardez les interfaces des sites à la mode : ce qui fait la différence, c’est souvent leurs fonctionnalités. En revanche, n’hésitez pas à intégrer de belles photos des destinations…

 

Nos autres articles:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 + 15 =