Pourquoi passer du HTML au XHTML ?

Qu’est-ce que le XHTML ?

Le XHTML 1.0 (Extensible Hypertext Markup Language) est la dernière recommandation du W3C, c’est un nouveau langage pour créer des pages web défini le 26 janvier 2000 par le World Wide Web Consortium. Ce langage offre la rigueur et la précision du XML tout en conservant la souplesse du HTML conventionnel.

Pourquoi passer du HTML au XHTML ?

Pourquoi passer du HTML au XHTML ?

En fait, le XHTML 1.0 est apparu peu après le HTML 4.0. Il s’agit d’une reformulation plus rigoureuse du HTML dans le but de perfectionner ses fonctionnalités : interopérabilité, portabilité, accessibilité, pérennité et référencement dans les moteurs de recherche…

Pour une interopérabilité et une portabilité certifiée

Il y a deux ans à peine, presque la totalité des utilisateurs d’Internet se servaient d’un ordinateur portable ou de bureau pour naviguer sur le Web. Nous assistons aujourd’hui à une ouverture sans précédent sur de nouveaux types de terminaux d’accès tels qu’assistants numériques et téléphones mobiles.

Les sites actuels étant encore majoritairement codés à l’ancienne, très peu s’affichent convenablement dans toutes ces plates-formes. Ajoutez à cela une compatibilité future avec les téléphones cellulaires et vous débouchez sur une impasse d’où seule l’application des standards peut vous tirer.

L’interopérabilité et l’accessibilité correspondent avant tout au droit fondamental de l’utilisateur d’utiliser le navigateur Web de son choix ou celui qui correspond le mieux à ses besoins, tout en obtenant une expérience à peu près équivalente sur le Web. En construisant des documents Web selon les standards du W3C, le développeur obtient la garantie que tous les navigateurs conçus selon les normes de l’industrie afficheront de manière équivalente son travail. De plus, la portabilité de technologies issues de ces mêmes standards facilite grandement l’échange de données entre divers environnements.

Pour une accessibilité universelle aux contenus

La presque totalité des sites Web actuels n’est accessible qu’au moyen de navigateurs graphiques traditionnels, empêchant ainsi leur accès par des personnes atteintes d’un handicap physique, moteur ou neurophysiologique.

Le HTML des années 90 ne prévoyait pas le support de synthétiseurs vocaux ou de plages Braille. Mais ce n’est plus le cas de nos jours. Les normes du W3C intègrent ces considérations dans les standards et facilitent grandement la création de sites universellement accessibles.

Pour un référencement plus efficace dans les moteurs de recherche

Au niveau de l’indexation des documents Web, le fait de les avoir codés de manière à les rendre conformes aux standards du W3C leur garantit de meilleurs résultats de classement et de reconnaissance, d’où une visibilité accrue dans les moteurs de recherche.

Les documents conformes aux standards sont non seulement indexés plus précisément dans les registres grâce à leur structure informationnelle plus logique, mais sont également plus susceptibles de répondre aux attentes des moteurs de recherche, ce qui en favorise l’accessibilité et l’évaluation au moment des prises en charge de classification.

En effet, il est beaucoup plus facile pour un algorithme d’indexation de reconnaître un document répondant aux normes qu’un autre qui ne respecte aucune logique de structure.

Pour la pérennité des documents

Enfin, la pérennité des documents HTML est aujourd’hui mise en cause. Pensez seulement à toutes ces entreprises qui, à une certaine époque, ont entrepris de normaliser leur bureautique sur l’outil « standard » du moment qui était alors le format (pourtant propriétaire) de WordPerfect. Lors de la disparition de ce format quelques années plus tard, ces mêmes entreprises ont dû effectuer une migration longue et coûteuse vers la nouvelle norme, tout aussi propriétaire qu’est Microsoft Word…

Qui peut s’avancer à prédire qu’on pourra effectivement retrouver dans 10 ou 20 ans une vieille version de MSIE capable d’interpréter les documents construits avec la syntaxe défaillante du vingtième siècle. La pérennité des documents nous assure que, quelque-soit la direction dans laquelle évolueront les technologies dans les prochaines années, les documents seront toujours interprétables par les agents utilisateurs du moment (navigateurs, interpréteurs Web, etc), préservant ainsi de précieuses informations pour les générations à venir.

Problèmes du HTML classique :

1. Le code source des sites web des années 1990

Le défaut de ces sites était d’allier, dans chaque page, la mise en page (design) et le contenu. Cela s’apparentait à un design propre à chaque page, intégré dans son code source, qui en devenait très long, et allongeait le temps de chargement de cette page.

 

Avec XHTML, la première loi pour changer le monde: séparer le contenu de sa présentation. L’expérience a démontré qu’une approche mêlant contenu et présentation comporte un nombre important de désavantages et de désagréments.

Parmi ces irritants, ceux-ci semblent les plus importants :

-Difficulté d’entretien
-Collaboration difficile

Parfois un auteur aimerait déléguer tous les aspects visuels à un graphiste. Si contenu et présentation résident dans un même fichier, le travail en parallèle devient une option dangereuse.

2. Trucs douteux

Afin de permettre un contrôle sur la présentation, des moyens jadis nécessaires ont été inventés, créant de fort mauvaises habitudes.

Des idées géniales telles qu’installer des images vides de contenu (et mêmes transparentes) pour déplacer du texte. Utiliser des balises associées à un et un seul navigateur web. Utiliser des défauts des navigateurs à son avantage. Ces méthodes, bien qu’inventives et utiles en leur temps, sont devenues obsolètes et freinent l’élégance tant du côté structure que du côté cohérence.

Il faut garder à l’esprit qu’un tour de passe-passe ne sert plus à rien quand des fonctionnalités sont conçues pour obtenir les mêmes résultats.

3. Public limité

En mélangeant contenu et présentation, on laisse de côté un public pour qui la présentation peut nuire.

Une personne avec une vision déficiente peut vouloir consulter une page web mais ne pas pouvoir la lire car la taille de la police de caractères rend la page illisible pour lui. Un non-voyant doit s’ennuyer à mourir en écoutant une page web pourvue de dizaines de phrases uniquement reliées à ce qu’il ne verra jamais.

Bref, bien que la majorité des gens puisse sans embûche consulter le web, et que trop souvent le contenu passe au second rang derrière un tape-à-l’oeil criard, il reste que d’offrir à tous la possibilité d’obtenir une expérience de qualité démarque les grands auteurs.

En résumé

Que ce soit à l’occasion de la refonte d’un site ou de la création d’un nouveau service ou module, le recours aux standards permettra de conjuguer les contraintes de tous types rencontrées lors d’une production.

L’utilisation du XHTML et des CSS est l’occasion idéale pour les développeurs Web d’aborder les standards en douceur, en capitalisant leurs connaissances du HTML et en contribuant à élargir leur audience (tous les navigateurs modernes, sur toutes les plates-formes). La perspective de concevoir à moindre coût des projets Web plus performants qui contribuent à consolider les fondations du Web ne vaut-elle pas à elle seule cet effort ?

Suivre les standards établis par le W3C est la seule façon de se prévaloir d’un Web plus stable et plus solide, où les applications dont on ne peut encore que rêver aujourd’hui seront converties en autant de réalités de demain.

Et vous ou en êtes vous avec les standards du WEB et le code de vos pages ?
Tester votre site : Standard HTML ou XHTML
Tester votre site : Standard CSS et W3C

 

Nos autres articles:

Bookmark and Share

3 réflexions au sujet de « Pourquoi passer du HTML au XHTML ? »

  1. Super ce site plein de bons conseils ! Je l’ai mis dans ma favoris. Bravo pour ce travail

  2. Ping : Le blog d'Abimes Concept » Optimiser son site pour une lecture sur smartphones !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>